[creation site web] [logiciel creation site] [creation site internet] [Association L'homme et sa prostate]

LE PSA

Vélocité du PSA


Il ne faut pas oublier l’importance de le vélocité du PSA total, c'est-à-dire l’augmentation du PSA sur un laps de temps allant de 6 à 12 mois.

Cette augmentation devient suspecte pour une augmentation de 0,75 ng/ml/an ou peut-être même de 0,50 avant 60 ans.



Facteurs de variation


Les conseils du Docteur DECLERCQ pour un dosage précis de l’antigène prostatique


« Eviter dans les 4 à 5 jours qui précèdent la prise de sang :

- Les contraintes physiques : longs déplacements en voiture, vélo, moto, équitation, régate à la voile…

- Le contexte alimentaire : alimentation pimentée, bière, champagne et surtout vin blanc.

- les excitations locales de la région ano-prostatique : mise en place de suppositoires, constipation récente, poussée hémorroïdaire, rapports sexuels.

Toucher rectal.et échographie avec un recul de 8 jours.

Infection prostatique avec un recul de 2 mois.


Une élévation de la valeur de PSA peut aussi correspondre à une pathologie bénigne, qu’elle soit adénomateuse, et alors souvent inflammatoire, ou à des atypies cellulaires bénignes sécrétant le PSA.

Enfin, ne pas oublier les variations physiologiques du PSA total en fonction de l’âge du patient mais aussi en rapport avec le volume prostatique calculé par échographie ».



L’âge du dépistage


Il est conseillé de pratiquer un dépistage annuel au moins à partir de 50 ans, jusqu’à l’âge de 75 ans.

Les hommes ayant des antécédents familiaux de cancers, ceux d’origines ethniques à risques ou encore ceux ayant migrés dans un autre pays que celui d’origine sont invités à se faire dépister dès 40/45 ans.

Des facteurs environnementaux particuliers peuvent aussi inciter à consulter plus tôt.



Impact de l’obésité sur le PSA


Il a été constaté que l’obésité était responsable d’une baisse du taux de PSA, ce qui faussait les résultats en retardant la découverte du cancer, limitant donc les chances de guérison.



Attention


La méthode de dosage et le résultat peuvent varier d’un laboratoire à l’autre.

Il est donc recommandé de toujours s’adresser au même laboratoire pour interpréter favora blement les éventuels résultats successifs.


Un taux de PSA peut être normal malgré la présence d’une tumeur prostatique. 

seuls 80 % des cancers existants sont détectés par ce marqueur.

ã Jean FRICHET

Mise en garde du Docteur DECLERCQ

«  Le ratio du PSA libre n’est pas un élément diagnostique mais un élément d’orientation statistique de la fréquence du cancer de la prostate en fonction du PSA total ».



Interprétation de la variation du taux de PSA


En cas d’adénome de la prostate : le taux de PSA total stagne et le taux de PSA libre baisse. Le rapport PSA libre sur PSA total augmente : une valeur supérieure à 30 % fait suspecter un adénome.

Qu’est-ce que le PSA ?


Le PSA (Prostatic Spécific Antigène) est une protéine sécrétée par les cellules prostatiques, dont la quantité est régulée par les androgènes.

C’est un marqueur récent découvert il y a une quinzaine d’années.


Le PSA est naturellement présent dans l’organisme, et comme son nom l’indique, spécifique de la prostate. Le volume prostatique augmentant avec l’âge entraîne une élévation parallèle du taux de PSA.


L’élévation du taux de PSA est donc liée au volume et à la nature du tissu prostatique (altération des structures de la glande) et la prolifération de cellules cancéreuses fait monter le taux de PSA. C’est donc le reflet de la maladie.


Les cellules cancéreuses sécrètent dans le sang environ 10 fois plus d’antigène que les cellules prostatiques saines.

On se sert du niveau de PSA comme marqueur tumoral pour évaluer le risque du cancer de la prostate, pour vérifier une réponse à un traitement ou pour suivre l’évolution de la maladie.

L’important est donc son évolution plus que son taux.



Méthode


Sa mesure s’effectue en laboratoire par une prise de sang, sans qu’il soit nécessaire d’être à jeun.



PSA et normalité


Il existe 2 PSA dont les valeurs peuvent être mesurées séparément :

- le PSA libre, qui est la part de PSA qui traduit la maladie,

- le PSA total (totalité du PSA produit par la prostate, englobant le PSA libre), dont le seuil de normalité a été fixé par l’AFU à 4 ng/ml (nanogrammes par millilitre de sang).


Le calcul du ratio PSA libre sur PSA total est déterminant pour pronostiquer un adénome ou un cancer de la prostate. Ce ratio ne sera utilisé qu’en cas d’augmentation du PSA total au dessus de sa valeur normative ou pour conforter un doute issu d’un toucher rectal.

La valeur moyenne de ce ratio est fixée à 20 %.

Les moyens de dépistage

Création: Jean Frichet - Réalisation: Jacques Stevens

Tous droits réservés 2011 © Association "L'homme et sa prostate "