[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web] [Association L'homme et sa prostate]

Le patient jeune, s’il désire procréer à nouveau, devra soit se constituer une banque de sperme (Centre CECOS dans les grands hôpitaux), soit se soumettre à terme à une ponction de ses spermatozoïdes pour réalisation d’une fécondation in-vitro.

Conséquences post-traitements


L’infection urinaire


L’infection urinaire est fréquente après chirurgie de la prostate pour environ 15 % des cas, quelle que soit la technique pratiquée. Il s’agit d’une complication banale, sans gravité, souvent liée aux propres germes du patient qu’un long traitement avaient rendus résistants à certains antibiotiques.

Cette infection ne traduit pas obligatoirement de signes particuliers.


Le saignement


Toute intervention chirurgicale entraîne la nécessité de couper des vaisseaux sanguins. Si les plus gros sont ligaturés, les plus petits ne sont pas traités et ils peuvent saigner pendant quelques jours. Ce saignement est inévitable et habituel, cessant de lui-même par une cicatrisation de la zone opératoire. Il est nécessaire de boire abondamment pendant une période de 2 à 3 semaines afin de contribuer à éliminer tout résidu dans la vessie.



L’incontinence urinaire


L’incontinence urinaire est une complication rare de la chirurgie de l’adénome. Il en existe néanmoins de 3 sortes.

L’incontinence urinaire transitoire est due à un sphincter urétral qui avait perdu de sa force avant le traitement chirurgical, pour cause de gros adénome qui l’empêchait de jouer son rôle obstructif. N’étant plus assez fort, il lui faudra retrouver sa vigueur, soit naturellement, soit par une rééducation vésico-sphinctérienne réalisée par un kinésithérapeute spécialisé.

L’incontinence par impériosité est liée à une inflammation locale après chirurgie, inflammation qui provoque des contractions de la vessie donnant de fréquentes envies d’uriner jusqu’à occasionner des fuites. Il faut attendre la disparition de cet état inflammatoire qui peut durer 3 mois.

L’incontinence définitive est exceptionnelle. Elle peut être liée à une insuffisance initiale du sphincter ou à un geste chirurgical qui aura conduit à une lésion des fibres musculaires sphinctériennes. Il faut attendre 6 mois minimum avant de parler d’incontinence définitive. Un sphincter artificiel peut alors être mis en place (voir ‘’séquelles de la chirurgie’’).

Les hommes en rétention chronique avant adénomectomie, pour avoir attendus des années avant de se faire prendre en charge, peuvent avoir une vessie très abimée, distendue et ne pouvant plus se contracter suffisamment.  Se vidant très mal naturellement, cette vessie sera ‘’aidée’’ à évacuer l’urine par repose d’une sonde pour le temps nécessaire à ce qu’elle retrouve une contractilité suffisante.



Les troubles de l’érection


Les bandelettes ou nerfs érecteurs de la verge ne sont pas touchés lors de l’opération chirurgicale puisqu’ils passent à l’extérieur de la prostate, et si les érections du patient étaient normales avant l’opération il n’y a pas de raison physique pour qu’elles ne le restent pas.

Les rares cas d’impuissance post-opératoires concernant l’adénome de la prostate sont d’ordre psychologique face à la disparition de l’éjaculation.


Après adénomectomie, la puissance des érections et les sensations orgasmiques restent les mêmes.



L’éjaculation rétrograde


L’intérieur de la prostate ayant été vidé de sa matière et de sa partie d’urètre, le sperme en provenance des glandes séminales et contenant les spermatozoïdes en provenance des testicules ne peuvent plus être stockés en attendant leur expulsion vers l’extérieur.

Le sperme emprunte donc le chemin le plus facile, c'est-à-dire la voie de la vessie puisque le col vésical est maintenant largement ouvert. Les spermatozoïdes sont alors dilués dans l’urine et meurent prématurément. Ils seront évacués lors de la prochaine miction.

Cela s’appelle l’éjaculation rétrograde.

Création: Jean Frichet - Réalisation: Jacques Stevens

Tous droits réservés 2011 © Association "L'homme et sa prostate "