[creation site web] [creation site internet] [logiciel creation site] [Association L'homme et sa prostate]

L’urine normale est stérile, c’est à dire qu'elle ne contient à l'état normal ni microbe, ni virus ni champignon.

Cependant, les infections urinaires sont les plus fréquentes de toutes les infections bactériennes car l’urine n’a en fait aucune propriété pour résister aux microbes, et peut donc être un excellent milieu de culture.



1. QUELLE EST LA FREQUENCE DES INFECTIONS URINAIRES ?


Les infections urinaires sont les infections bactériennes les plus fréquentes quelque soit l'âge.

Entre 20 et 50 ans, les infections sont 50 fois plus fréquentes chez la femme, mais après 50 ans l’incidence chez l’homme augmente nettement du fait de l’augmentation des maladies prostatiques, et le ratio est donc seulement de 3/1 chez les sujets âgés.

La fréquence des infections est inférieure à 5 % dans la population féminine et inférieure à 0,1 % chez les hommes. La fréquence augmente progressivement avec l'âge.

Les récidives infectieuses sont fréquentes chez la femme. 20% des femmes ayant une infection urinaire vont avoir un nouvel épisode et 30% de celles-ci encore un autre épisode. Dans le dernier groupe, 80% vont avoir ensuite des récidives. Chez l'enfant, l'infection urinaire est rare, et doit faire d'abord évoquer une malformation de la voie urinaire.



2. QUELS SONT LES MECANISMES DE L'INFECTION ?


2.1. LES GERMES EN CAUSE


Une infection survient quand un micro-organisme, habituellement une bactérie provenant du tube digestif, pénètre dans l’urètre puis dans la vessie et commence à se multiplier.

Ainsi, l'infection est habituellement ascendante, c'est à dire que l'infection est d’abord dans l’urètre (urétrite), puis remonte dans la vessie (cystite), et éventuellement jusqu’aux reins (pyélonéphrite).

La plupart des infections sont liées à un type de microbe, Escherichia coli (E. Coli), qui vit normalement dans le colon. Mais d'autres microbes peuvent être en cause: Proteus, Staphylocoque, Streptocoque, Klebsielle, etc…

L'infection à Protéus est souvent associée à la présence de calculs dans les reins.

D’autres organismes, comme le Chlamydia et le Mycoplasme, peuvent également causer des infections chez l’homme et la femme, mais ces infections sont habituellement limitées à l’urètre et aux organes génitaux. Contrairement aux autres infections urinaires, l’infection par Chlamydia ou Mycoplasme peut être vénérienne, c'est à dire transmise d’un partenaire à un autre, et le traitement nécessite donc le traitement des deux partenaires.


2.2. COMMENT L'ORGANISME SE DEFEND-T-IL ?


Les principaux moyens naturels de défense contre l’infection urinaire sont des moyens aspécifiques : volume du flux urinaire (environ 1,5 l par jour), vidanges régulières et complètes de la vessie (4-5 fois par jour), intégrité et imperméabilité de la muqueuse (urothélium) qui recouvre les cavités urinaires, sécrétion d'une protéine particulière (Tamm-Horsfall) sécrétée par le rein et présente dans les urines, sécrétions vaginales chez la femme et prostatiques chez l'homme.

Les récidives pourraient être liées à une prédisposition, car les femmes ayant des récidives infectieuses fréquentes auraient des antigènes qui permettent aux bactéries de " s’accrocher " à la paroi de l’urètre et de la vessie.


2.3. LES CAUSES ANATOMIQUES


2.3.1. Chez la femme

L’infection urinaire est favorisée par la faible longueur de l'urètre, la modification de l'acidité vaginale par la diminution normale des hormones (œstrogènes) et des sécrétions vaginales après la ménopause, certaines habitudes d’hygiène (douches vaginales avec des produits qui déséquilibrent la flore bactérienne habituelle du vagin) qui facilitent la colonisation du vagin et de l'urètre par des bactéries d'origine digestive.

L’infection est surtout favorisée par les rapports sexuels, car le frottement au niveau du méat urinaire lors des rapports favorise l'entrée dans l'urètre et dans la vessie des microbes normalement présents au niveau du vagin. Souvent, la première infection coïncide avec le début de l'activité sexuelle ("cystite de la lune de miel"). L'utilisation de gel spermicide est un facteur favorisant.

Les prolapsus de l’utérus et de la vessie, qui entraînent une mauvaise vidange de la vessie, favorisent également l'infection. La grossesse peut favoriser l’infection car la compression par l’utérus entraîne une dilatation voire une certaine obstruction des uretères.


2.3.2. Chez l'homme

La longueur de l'urètre et les sécrétions prostatiques acides (au rôle antibactérien) expliquent en partie la rareté des infections chez l'homme jeune. Chez l'homme plus âgé, la diminution de ces sécrétions, l'augmentation du volume prostatique et surtout la mauvaise vidange vésicale liée à l'obstacle prostatique favorisent la survenue des infections génito-urinaires.


2.3.3. Dans les deux sexes

Le diabète et les maladies neurologiques entraînant une mauvaise vidange vésicale sont des facteurs favorisant l'infection urinaire.



2.4. LA FIEVRE EST TEMOIN DE LA GRAVITE DE L'INFECTION


En pratique, on distingue :

- les infections sans fièvre, limitées à l'urètre (urétrite) et à la vessie (cystite), gênantes mais bénignes.

- les infections accompagnées de fièvre, touchant les reins (pyélonéphrite aiguë), la prostate (prostatite aiguë), le testicule (orchite) ou l'épididyme (épididymite), qui peuvent être graves. La fièvre est liée au passage du microbe dans le sang (bactériémie). Le risque est l'aggravation de l'infection, et la septicémie.

- les infections dites "compliquées" qui surviennent après une intervention, en cas d’obstruction (adénome de la prostate, anomalie anatomique, vessie neurologique, calcul, sondage…), ou dans un contexte particulier (ménopause, diabète...) qu’il faut éventuellement traiter en même temps que l'infection.

Les infections urinaires

Création: Jean Frichet - Réalisation: Jacques Stevens

Tous droits réservés 2011 © Association "L'homme et sa prostate "