[logiciel creation site] [creation site internet] [creation site web] [Association L'homme et sa prostate]

PSA indétectable après traitement du cancer de la prostate



Après une prostatectomie


Après ablation de la prostate, la valeur de PSA doit être indétectable dans un délai de 1 mois.

Le PSA doit avoir un taux inférieur à 0,01 ng/ml.

Un PSA indétectable est un PSA qui avec le test le plus performant n’est pas détectable.

Le test de PSA le plus performant actuellement est le PSA IMMULITE de 3ème génération offrant jusqu’à 3 chiffre après la virgule. Il peut donner des résultats inférieurs à 0,003 ng/ml.

Une augmentation de quelques centièmes d’une analyse à l’autre ne peut pas donner une indication pertinente. Par exemple, une variation de 0,003 sur 1 an n’est pas significative (0,003.à 0,006).

Selon les recommandations de l’Association française d’urologie, si le PSA reste indétectable pendant 5 à 7 ans, il y a peu de risque de récidive.

En revanche, en cas de récidive, la valeur du PSA est supérieure à 0,1 ng/ml.

La récidive biologique est admise pour une augmentation du taux de PSA au dessus de 0,2 ng/ml.


Remontée et stabilisation du taux de PSA.

Le PSA doit être indosable, mais s’il est dosable, cela ne signifie pas qu’il y ait une récidive.

Il faut se poser la question du pourquoi et voir la cinétique du PSA dosable.

Un taux de 0,2 ng/ml, par exemple, restant stable, signifie qu’il reste quelque part dans l’organisme un peu de prostate. Cela peut aussi correspondre quelquefois à une marge chirurgicale de tissu sain qui va produire des PSA  et dans ce cas là, le PSA reste stable.



Après une radiothérapie


Après radiothérapie, le PSA doit être inférieur à 0,1 ng/ml (valeur prédictive de survie sans récidive). Cette valeur ne peut être obtenue qu’1 à 2 ans après la radiothérapie.

Le malade n’aura donc pas la réponse au traitement avant ce laps de temps.



Après une curiethérapie


La régression du PSA après curiethérapie est lente. Il faut attendre de 2 à 4 ans (parfois au delà) pour obtenir l’effondrement du PSA.

La valeur de PSA, selon les individus, peut osciller avec ce traitement entre 0,15 et 2/3 ng/ml.



Ultrasons focalisés de haute intensité (HIFU)


Après ultrasons, il faut attendre un délai de 3 à 5 mois pour avoir un résultat fiable.

Selon le PSA initial, le PSA résiduel oscille de 0,5 à 1 ng/ml environ.



Traitement hormonal


Après traitement hormonal, le PSA s’abaisse à un taux variable en trois à six mois.

Le taux le plus bas observé (qui peut aller jusqu’à un taux indétectable) a une valeur pronostique sur la survie sans récidive. L’abaissement du PSA est observé pendant une durée moyenne de 18 à 24 mois, puis survient une ré-augmentation du taux, ce qui définit l’hormono-indépendance.

Quand le taux de PSA continue à augmenter après une deuxième ligne d’hormonothérapie, on parle d’hormono-résistance. Un bilan d’extension par imagerie abdomino-pelvienne et scintigraphie osseuse est alors indiqué à partir d’un taux de PSA supérieur à 1ng/ml.

La récidive biologique peut précéder de plusieurs mois la récidive clinique (douleurs osseuses, nouveaux foyers de fixation scintigraphique).

Création: Jean Frichet - Réalisation: Jacques Stevens

Tous droits réservés 2011 © Association "L'homme et sa prostate "