[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web] []
[Association L'homme et sa prostate]

Voici quelques unes des habitudes de vie qui fournissent les meilleures chances de conserver un système immunitaire vaillant.


Les habitudes alimentaires favorables à l’immunité

- L’apport adéquat en calories et en protéines.

- Cinq à huit verres d’eau par jour.

- La consommation suffisante de fruits et de légumes le plus frais possible, de grains entiers, de légumineuses et de bons gras.

Fait intéressant, les résultats d’études épidémiologiques et cliniques indiquent que la consommation régulière d’alliacés (ail, oignon, poireau, échalote, ciboulette) permet de réduire les infections et l’incidence de différents types de cancer.


L’activité physique modérée

On connaît les multiples bénéfices pour la santé que procure l’activité physique pratiquée régulièrement : une meilleure forme cardiovasculaire, un bon maintien de la masse musculaire, la normalisation de la tension artérielle, le contrôle du poids et la réduction de plusieurs facteurs de risque associés aux maladies chroniques. En plus de contribuer à l’immunité en favorisant une bonne santé globale, il se peut que l’exercice ait aussi un effet direct sur l’immunité. D’abord, en améliorant la circulation sanguine, on croit que les cellules et les autres substances du système immunitaire peuvent circuler plus facilement dans le corps.


Le contrôle du stress

 Sans aucun doute, le stress a un effet néfaste sur la santé. Les chercheurs qui s’intéressent au lien entre le stress et l’immunité ne s’attardent pas aux stress ponctuels, à court terme, mais plutôt aux stress fréquents et constants (par exemple, concilier les exigences du travail à la vie de famille ou prendre soin d’un proche malade). Le stress chronique entraîne la libération d’hormones du stress, comme le cortisol. Il existe de nombreux outils de détente qui aident à traverser un épisode de vie plus stressant. Parmi ceux-ci, notons la méditation, l’éducation somatique et les disciplines orientales (Qi Gong, tai-chi, yoga).


Les mots soulignés contenus dans ces pages renvoient sur le site www.guérir.fr

D’après l’OMS, les deux tiers des cas de cancer seraient causés par le mode de vie, essentiellement par le tabagisme, une mauvaise alimentation et hygiène de vie. Les facteurs héréditaires seraient responsables de seulement 5 % à 15 % des cancers.


Dans les pays en développement, l’incidence du cancer augmente rapidement, suivant l’industrialisation et l’adoption d’un mode de vie à l’occidentale. Mentionnons que certains experts tiennent un discours différent et considèrent la pollution chimique comme l’une des grandes causes du cancer.



Les habitudes de vie : regard mondial sur le cancer

Les habitudes de vie jouent un rôle prédominant dans l’apparition du cancer. Cela est bien mis en relief par le phénomène de l’immigration. Une fois arrivés dans un pays d'accueil, les émigrés finissent après quelques années par avoir les mêmes maladies que la population autochtone.


Par ailleurs, les types de cancer les plus fréquents varient d’une région à l’autre du globe. En Asie, les cancers de l’estomac, de l’œsophage et du foie sont beaucoup plus fréquents, notamment parce que l’alimentation des habitants comporte une grande part d’aliments très salés, fumés, marinés ou crus. En Amérique du Nord ainsi qu’en Europe, les cancers du poumon, du côlon, du sein et de la prostate sont les plus fréquents, entre autres en raison du tabagisme, des mauvaises habitudes alimentaires et de l’obésité.

Au Japon, la consommation de viande rouge, qui n’a cessé d’augmenter au cours des 50 dernières années, est liée à l'augmentation de l’incidence du cancer du côlon par un facteur sept.


Les signaux d’alerte : est-ce que ça peut-être un cancer ?

Les signaux dalerte : est-ce que a peut-tre un cancer ?Le cancer se manifeste de manière très variable.

Il évolue généralement sur de nombreuses années avant que les symptômes n’apparaissent. Les symptômes suivants peuvent être des signes de cancer.

1) Une masse palpable, surtout si elle augmente de volume : un nodule dans un sein, sous la peau, à un ganglion, etc.

2) Un grain de beauté ou une tache cutanée qui change d’aspect, de couleur ou de taille, ou qui saigne.

3) Un saignement persistant : du sang dans les crachats, les urines ou les selles. Pour les femmes, des pertes sanguines vaginales en cours de cycle ou après la ménopause.

4) Certains symptômes persistants plus de trois à quatre semaines : une toux et des enrouements inexpliqués, une difficulté à déglutir, des nausées et des vomissements, une plaie qui ne guérit pas, une diarrhée ou de la constipation depuis six semaines ou plus.

5) Une rétractation ou un écoulement du mamelon.

6) Des maux de tête récidivants et violents.

7) Une fatigue extrême.

8) Une perte de poids rapide, inexpliquée.

En présence d'un de ces symptômes, le mieux est de consulter un médecin, même si cela vous angoisse.



Nous devons néanmoins insister sur le fait que certains cancers, comme ceux du sein et de la prostate, se développent dans un premier temps sans aucuns signes tels que décrits ci-dessus et sans douleurs. Ils n’en sont que plus dangereux même s’il leur faut de nombreuses années pour donner des signes palpables.



Les comportements positifs

pour renforcer le système immunitaire

Un article très intéressant écrit par David Servan-Schreiber le 03/08/2009 pour son site guerir.org et répondant à de nombres interrogations.

Le cancer : les causes

Création: Jean Frichet - Réalisation: Jacques Stevens

Tous droits réservés 2011 © Association "L'homme et sa prostate "