[creation site web] [logiciel creation site] [creation site internet] [Association L'homme et sa prostate]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]

Franck PITELET le 2-05-2011


Bonsoir Jean,

Longtemps que je ne t'ai pas contacté ! Je veux que tu saches que ton livre "Ma prostate, son cancer et moi", que j'ai lu deux fois d'affilée et dont je relis des passages au besoin, m'a rempli d'admiration.... pour son auteur. Ton parcours n'est pas banal, loin s'en faut, et ton courage exemplaire. Mais surtout, ce qui fait aujourd'hui mon admiration, c'est ta capacité à rebondir, parti de très bas, affaibli, pour repartir sur le chemin de la réussite.... Association, conférences, articles tu dois y passer tes journées.

Une fois de plus, je pense que ta compagne y a fortement contribué… merci à  Catherine ! Car tu le sais aussi bien que moi : seul, on ne va pas très loin... et j’ai aussi la chance d’être épaulé par une femme présente et réconfortante.

Mon hormonothérapie est lourde de conséquences avec des hauts et des bas pas toujours faciles à vivre. La vie continue mais il faut parfois fermer le clapet des souvenirs pour accepter se nouvelle vie.

Je voulais dire aussi, en tant que chef d'entreprise (très petite), c'est que parmi les dommages collatéraux du traitement hormonal, il y a quelque chose de difficile à quantifier : c'est la perte de confiance en soi et le manque cruel de combativité (évidemment, sans hormones !) et ça, selon les cas, ça peut représenter un handicap supplémentaire non négligeable !

Bien à toi, Franck.


Salut Franck,

Merci pour ton mail. En fait c’est cet ostéopathe génial formé au viscéral qui m’a tiré de mon abattement autant physique que mental après cet empoisonnement du sang… qui m’aura empoisonné 3 ans. La perte de ma société m’avait aussi beaucoup abattu car le milieu dans lequel j’évoluais me plaisait énormément. Sans parler de la voile.

Il m’arrive souvent de penser à toi et à tes semblables qui ‘’trainent’’ leur récidive avec ces hauts et ces bas comme tu le dis si bien. Si mes problèmes ont été pesants à vivre, j’ai conscience de la chance que j’ai de ne pas avoir à supporter d’autre traitement.

Lorsque des hommes abattus par leurs pertes érectiles viennent me voir, j’essaie de leur faire prendre conscience de la chance qu’ils ont d’être guéri (à priori) et le plus souvent de ne pas subir de pertes d’urine et je les incite à relativiser.

Les hommes dans ta situation doivent parler clairement de leur parcours. Il faut interpeller le plus d’hommes possibles pour leur donner envie de se documenter et agir à temps.

Tu fais partie des hommes qui ont toute mon admiration. Je ne sais comment je me comporterai dans une telle situation…

Amitiés, Jean.



Jean DUVAL le 30-04-2011


Bonjour infortunés compagnons,

J’ai dit stop à 6 ans de pertes urinaires après prostatectomie en me faisant poser une bandelette par le Pr. Haab à Paris.

Après un mois de recul je reconnais l’efficacité du procédé. Encore quelques gouttes d’effort mais cela n’a plus rien à voir. Je peux enfin à nouveau dormir nu et c’est excellent pour le moral !!! Il faut dire que j’ai toujours dormi sur le côté et que cela ne favorise pas la retenue des urines. Dormir sur le dos empêche les fuites par effet de gravité mais il est un âge ou on ne se refait pas.

Chirurgie légère, douleurs pendant 20 jours, immobilité pendant 1 mois, tiraillements désagréables pendant les érections de nuit puisque la bandelette subit alors une pression qui tire sur les chairs mais avec après la cicatrisation définitive tout va bien.

Je sais que tous les hommes portant des bandelettes n’ont pas la même réussite. La bandelette étant ‘’soudée’’ dans les chairs, je pense que le réglage donné à la pose déterminera la bonne efficacité de celle-ci. Tout est encore une fois dans l’expérience et la dextérité du chirurgien. Il y a des centres qui n’ont pas la même réussite ! renseignez-vous.

Plus de pinces péniennes, juste une petite garniture pour certains travaux. Ca change ma vie.

Courage compagnons, il faut garder le moral et continuer sa vie.



Monsieur MARTY le 29-04-2011 par courrier


J’ai acheté un stop-uri selon les conseils de votre site internet et je suis très satisfait.

Je portais uriclip depuis 2 ans mais il me faisait mal par manque de mousse de calage. Le stop-uri est bien plus confortable et plus facile à ouvrir. Il sautait aussi parfois en vélo et il est souvent difficile de s’arrêter pour le remettre. Ca m’obligeait de porter un étui par-dessus pour ne pas m’inonder.

Les érections ne m’intéressent plus mais je trouve votre site intéressant. Vos conseils pratiques doivent aider beaucoup de plus jeunes.

Veuillez trouver ci-joint mon adhésion de … euros à l’association l’homme et sa prostate.

Marty André, 75 ans prostate traité par radiothérapie en 2006.



Nadine le 28-04-2011


Je reviens vers vous après mon mail du 9 mars pour vous dire que mon mari a enfin accepté de prendre un vacuum. Ca n’a pas été facile ni dans l’intention ni dans l’essai mais il reconnait maintenant que l’usage couplé des 2 méthodes piqure et vacuum nous amène à un résultat satisfaisant. C’est encore très frustrant pour lui et je lui sens des réticences à se mettre en train mais nous commençons à nous retrouver ce qui est le principal. Que de mal pour en arriver là.

J’aimerai que notre exemple serve à d’autres couples encore jeunes et je dis aux autres femmes, soyez patientes, ne les brusquer pas mais ne baissez pas les bras non plus.

Mathilde et Catherine ont bien exposé la situation en disant qu’il faut tourner une page et en ouvrir une autre. Merci encore de tous vos bons conseils et encouragements.



Anonyme le 27-04-2011


Voici 2 mois que je porte stop-uri et je vous donne raison de le préconiser. J’avais depuis 2 ans un uriclip dont j’étais satisfait mais une des branches a de nouveau cassé.

Ce que j’apprécie dans stop-uri c’est la qualité de la mousse qui ne bouge absolument pas avec le port en alternance. Cela offre un confort supérieur appréciable. J’ai fait un essai sous maillot de bain mais sa largeur me fait craindre qu’on puisse le voir. Je porte donc une serviette coupée en deux pour être plus discrète. C’est un bon produit que je vais recommander à mon tour.



Jean FRICHET : stress maximum


Je viens de recevoir un homme sujet au stress le plus extrême, envoyé par un urologue.

Monsieur X, opéré en janvier sous robotique, tremblait dès que le mot érection était prononcé, traumatisé à l’idée de ne plus retrouver d’érections naturelles. J’ai essayé de l’apaiser en lui faisant remarquer qu’il était guéri d’une maladie pouvant être mortelle, qu’il avait la chance de ne pas être sujet aux fuites urinaires mais l’apaisement n’était que momentané. S’avouant trouillard à l’extrême et refusant l’idée des piqures, le chirurgien lui avait prescris des comprimés qui bien sur n’ont eu aucune action positive à si peu de distance de l’opération. En finalité j’ai réussi à le convaincre que l’emploi du stylo easypen couplé à un entretien régulier avec le vacuum ne pouvaient que lui donner meilleur moral et lui laisser espérer sinon un retour à la normale, du moins une amélioration future.

Qu’il est difficile d’aider ces hommes bloqués à la découverte de l’inéluctable après chirurgie.

Comment leur faire admettre qu’entre les affres de l’âge et les réels besoins féminins ce n’est pas la performance qui compte mais tous ces à côtés dont nous sommes le plus souvent trop avares. Mais comment expliquer à un homme dont la vie est suspendue à la taille de son pénis et à ses performances sexuelles qu’il existe les câlins, les caresses, les massages… toute cette panoplie propre à l’homme. Difficile parfois.



Jean-Louis le 27-04-2011


Bonjour Jean,

Je te relate un fait extraordinaire (pour moi) qui s’est passé il ya peu de temps au sport d’hiver. Impuissant depuis 3 ans malgré tous mes efforts de rééducation (NDLR : mais avec des érections nocturnes marquées), nous sommes partis ma femme et moi en vacances à la montagne. Je n’avais rien emporté, ni piqure ni vacuum. Voilà qu’un jour, après déjeuner, certainement dans un état de relâchement et de quiétude inhabituels, j’ai été pris d’une érection comme aux plus beaux jours. L’effet de surprise passé nous avons profité de la situation. Une pénétration comme avant, fêtée le soir au restaurant.

J’espérai d’autres manifestations du même genre mais rien depuis. Voilà, si cela peut donner espoir à d’autres dans notre cas. Cela me fait dire que beaucoup de choses se passent dans notre tête.


Nous avons certainement en nous des capacités méconnues qui pourraient agir sur nos circuits parasympathiques et favoriser un retour à la normale si les circuits sont en état, bien sur.

Je te relate une expérience qui m’est arrivée en octobre dernier. Après intervention à l’intérieur de ma vessie pour analyse, j’ai fait plusieurs blocages de vessie nécessitant à chaque fois la pose d’une sonde pour évacuer les urines. Au dernier retrait, qu’elle ne fut pas ma surprise quand j’ai commencé à avoir une érection de belle facture, ce qui ne m’était pas arrivé depuis mon opération il y a 6 ans de façon naturelle. Le chirurgien m’a dit ne pas avoir d’explications. Dommage.

La même chose est arrivée dernièrement à un ami après pose d’une bandelette. Il a eu une érection après retrait de la sonde, sans autre raison.

Cela me fait dire que nous avons des circuits qui fonctionnent mais qu’il faut aller titiller d’une façon ou d’une autre un interrupteur secret pour faire passer le courant. D’où l’importance de l’entretien de la machinerie…

Jean FRICHET



Monsieur P. le 25-04-2011


Je vous avais promis de donner mon avis après avoir acquis la tête de pompage manuelle (NDLR : il s’agit du vacuum Medintim AES). Je reconnais que son efficacité est supérieure au modèle électrique. Les boutons marche arrêt ont un retard dans leur action et j’arrêtais le pompage avant d’être parvenu à la dépression possible. Avec la tête manuelle j’agis par petits coups et cela permets d’aller plus loin dans le gonflement de la verge. La différence est vraiment visible. L’usure des piles du modèle électrique le rendait inefficace par baisse de rendement du moteur. C’est de toutes les façons un excellent appareil et je ne regrette pas son achat. Merci de vos conseils avisés.



Zest36 le 23-04-2011


Bonjour. Adepte du vacuum depuis 3 ans j’ai compris avec vos articles que le modèle que j’avais n’est pas adapté puisque je n’ai pas d’anneaux. En attendant d’en changer, car c’est onéreux, j’ai essayé votre méthode de piqure. J’avais abandonné ces piqures pour me faire trop mal et durer trop longtemps et j’avais des craintes à recommencer. Je reconnais que votre méthode est efficace et que je n’ai ressenti aucune douleur. La rigidité est un peu moins mais dès réception des anneaux je redonnerais un coup de vacuum. Merci pour ces conseils qui nous aide bien. Zest36



Claude C. le 22-04-2011


Je suis très intéressé par vos tests et par la démarche de Monsieur Frichet : j'ai moi-même subi une opération de la prostate il y a deux ans et j'ai beaucoup de peine à m'en remettre. 

Vous m’avez convaincu d’acquérir un vacuum Medintim AES tout comme vous m’avez convaincu qu’il ne fallait pas se laisser aller.

Votre souhait de former d’autres malades pour vous appuyer dans votre démarche est une très bonne idée que nous appliquons déjà en Suisse. Il faut comme vous le faites aller au devant des hommes en détresse puisque ceux-ci peinent à avouer leur état.

Avec mes meilleures salutations



Jean-Louis LH. le 18-04-2011


Bonjour.

Je reviens sur ma lettre de février dernier ou je vous disais avoir découvert les bienfaits du vacuum grâce à votre site. Après plus d’un mois de pratique journalière de l’AES manuel je trouve en effet une nouvelle facilité à faire gonfler ce qui reste de mon sexe.

Grande première, voici 3 fois que j’ose votre méthode de couplage vacuum/piqure. C’est génial la douleur s’estompe considérablement et les 2 effets donnent cette sensibilité oubliée dont vous parlez si bien. Bravo encore pour ces conseils vécus.



  

Témoignages de malades et de leurs compagnes

Association  " L'homme et sa prostate "


Pour une information claire et sans tabou sur les maladies de la prostate

Création: Jean Frichet - Réalisation: Jacques Stevens

Tous droits réservés 2011 © Association "L'homme et sa prostate "