[creation site web] [logiciel creation site] [creation site internet] [Association L'homme et sa prostate]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]

Beau témoignage de Monsieur Guy C. le 12-05-2011


Cancer de la prostate et sexualité: manque d'informations


On ignore a quel point le traitement du cancer de la prostate peut changer une vie, tant pour l’homme que pour le couple.


J’étais âgé de 56 ans au moment ou j’ai reçu la nouvelle de mon cancer en pleine figure.

Comme ça, sans ménagements. J’ai donc subi une prostatectomie suivie d’une irradiation des ganglions. Je ne sais lequel de ces traitements a causé le plus de dégâts, mais 8 mois après la fin des travaux j’étais devenu incontinent et totalement impuissant. C’était il ya 1 an.

Certes, j’avais été informé du processus de rémission et de certains des effets secondaires potentiels. Par contre, on ne m’avait donné que très peu de renseignements sur les conséquences que pourrait avoir le traitement sur l'un des aspects importants de ma vie: ma sexualité. Je me reprends pour dire notre sexualité puisque ma femme à 52 ans est légitimement en droit d’avoir des envies sexuelles.


Médecin généraliste, chirurgien-urologue, radio-oncologue… tout ce beau monde m’a parlé de la prostate, de la méthodologie… mais si peu de l’impact des traitements, donc des inévitables difficultés à redevenir un homme.


Depuis j’ai eu le temps de me documenter en me procurant des documents internes de l’AFU (Association Française des Urologues) dans lesquels les conséquences des traitements sont clairement répertoriés. Et laissent peu d’espoir de retrouver des érections naturelles. Ces raisons sont d’ailleurs remarquablement exposées sur votre site.


J’en veux au chirurgien de m’avoir laissé de faux espoirs en me claironnant avoir conservé les nerfs érecteurs, alors que cela ne veut malheureusement pas dire retour aux érections.

J’en veux au radiologue qui ne m’a pas prévenu des dégâts supplémentaires causés par l’irradiation de l’urètre et de ces mêmes nerfs érecteurs.

Quand à mon généraliste, il ne s’est jamais mouillé sur ces sujets.


Quel est ce pays ou on vous charcute sans considérer l’être humain. Par quoi sont habités ces hommes qui nous privent en toute connaissance de nos facultés sexuelles et de notre capacité à nous reproduire sans aucune information ni préparation psychologique.


Habitué de par ma profession à réagir positivement aux coups du sort, et aidé en cela par ma femme, je me suis repris afin de perpétuer la bonne marche du couple. A partir du moment où j'ai commencé à accepter ma différence, j’ai su que je pourrais m'y ajuster.


Piqure et vacuum sont maintenant à l’ordre du jour. L’ersatz de plaisir obtenu me laisse insatisfait aussi orientons-nous maintenant nos ébats vers une plus grande complicité englobant d’autres caresses et le massage. Les pertes urinaires, bien que s’estompant, n’arrangent pas les choses.

En conclusion, nous devenons des handicapés qui n’ont d’espoir que dans l’acceptation et la gestion de cette différence. Merci messieurs les urologues …


Pour conclure ce long mail, je vous félicite pour la pertinence et la clarté de vos propos et vous encourage à continuer par mon don.

Votre façon d’associer piqure et vacuum est simple, logique et efficace. Merci.

Harley45 le 8-05-2011


Bonjour,

J’ai oublié de vous dire que j’utilise un vacuum à poire très basique et pas cher. Le problème est que je ne peux pas glisser d’anneaux sur le pénis car le cylindre a une collerette en relief. J’utilise donc un tube PVC comme vous pour mettre l’anneau après avoir retiré le vacuum. La perte de gonflement est légère ce qui me fait dire que mon retour veineux est faible. Une chance.


Toute pompe à vide est valable pour rééduquer notre pénis, mais des malades nous disent que la dépression de la pompe à poire est insuffisante pour eux. A ce sujet, attention, il existe 2 volumes de poires et il est vrai que le petit modèle est bien faible.

Nous conseillons les pompes manuelles plutôt qu’électriques qui sont souvent trop puissantes lorsqu’elles n’ont qu’une vitesse.

Il n’y a que 3 vacuums permettant la pose de l’anneau pénien de façon idéale. Revoir notre test comparatif, accès sur la page d’accueil.



Didier DEGNAN le 9-05-2011


J’ai un voisin âgé de 83 ans qui a été traité par radiothérapie il y a 9 ans. Il avait 74 ans.

Il nous arrive de parler de nos malheurs prostatiques et Géo, c’est son nom d’emprunt, s’est mis cet après-midi à me parler de sa sexualité. Il m’a dit avoir vu décroitre ses érections à partir du sixième mois suivant sa radiothérapie, commencer à connaître les fuites urinaires au bout d’un an, et avoir aujourd’hui des problèmes d’intestins et de rectum.

Il m’a dit aussi être parfois et encore traversé par des envies sexuelles qu’il assouvies en se masturbant. Il n’a jamais pratiqué les piqures et encore moins le vacuum. Je lui ai répondu que nous étions nombreux à pratiquer ainsi et que la plupart disaient en tirer plus de plaisir que lors de l’accouplement.

Du désir à 83 ans et en tirer une jouissance même sans érection me rassure pour mes vieux jours.



Antonio le 8-05-2011


Pour les fuites urinaires légères qui ne préviennent pas il vaut mieux être habillé en noir.

Moi en plus je porte avec le beau temps des teashirt ample qui recouvre le haut du pantalon. Si fuite cela ne se voit pas du tout.



Monsieur RF. le 8-05-2011


Bonjour messieurs. Opéré en 2007 par laparoscopie j’ai récidivé en 2009. Avec un PSA qui était remonté 0.15 il m’a été appliquée une radiothérapie adjuvante. Je n’ai rien à dire sur des choix qui émanent de spécialistes qui connaissent leur affaire.

Je m’insurge par contre sur le fait de n’avoir pas été prévenu des effets délétère de ce traitement de rattrapage. Ma prostatectomie d’origine n’avait eu aucune influence sur l’étanchéité de mon sphincter alors que j’ai eu la désagréable surprise de découvrir ce problème minant depuis cette radiothérapie. J’éprouve aussi des problèmes digestifs récents. J’en ai fait la remarque au spécialiste qui n’a pas daigné me répondre.

Votre association m’a été indiquée par mon médecin généraliste et j’en apprécie le ton et les conseils. Je compte d’ailleurs m’équiper, hélas, d’une pince pénienne.

Voici donc le montant de mon adhésion et mes encouragements pour la suite de votre travail.



Sylvain P. le 7-05-2011


J’étais présent avec ma femme à votre soirée de Redon que nous avons appréciée. Je me suis procuré peu de temps après la pince pénienne Stop Uri qui me donne toute satisfaction. Comme vous le disiez c’est un moyen fiable pour les gens actifs mais pas fait pour rester assis dans un canapé ou elle a tendance à glisser sur un pénis qui se rétracte dans le corps. Je la porte aussi pour conduire mais c’’est surtout dans la position verticale qu’elle se justifie pleinement. Je la recommande à deux amis subissant comme moi les conséquences des traitements de la prostate. Merci pour vos judicieux conseils.



Harley45 le 4-05-2011


Bonjour,

Voilà un site qui parle enfin des choses telles qu’elles sont ! C’est rare et réconfortant. Faire comprendre aux autres malades que les conséquences de l’opération de la prostate ne leur sont pas exclusivement réservées est nécessaire. Le nombre d’opérés de  la prostate dans mon club de motards est impressionnant et chacun s’interroge dans son coin et c’est mauvais pour le moral et pour la conduite.

Opéré il y a 2 ans mes érections restent très platoniques hormis les sournoises de nuit. Par contre il m’arrive fréquemment d’avoir un début d’érections lorsque je vais à la selle ou lorsque je suis assis sur un siège dur. Pouvez-vous m’en dire plus.

Voici 3 fois que je me pique au Caverject selon votre méthode de gonflement préalable au vacuum, c’est super. Plus de douleur ou si peu et fini ces érections qui duraient indéfiniment. Cela ne serait pas venu à l’esprit de nos urologues.

Merci à vous.


Ce gonflement pénien assis sur la cuvette des wc nous arrive de temps en temps à tous. Il est des positions favorables, des alchimies créatrices… En réalité tout cela est bien mystérieux et tout n’est pas encore décodé.



Anonyme le 4-05-2011


Je porte la pince stop-uri depuis peu et j’en suis pleinement satisfait. Quel soulagement de pouvoir enfin sortir sans avoir à changer de couches.

Je vais à mon tour en faire la promotion à commencer par mon médecin et mon urologue.

Ce mot pour vous suggérer de dire également que c’est un produit écologique puisqu’il nous dispense de jeter ces couches imbibées d’urine dans la poubelle. Un atout de plus à son crédit.

Témoignages de malades et de leurs compagnes

Association  " L'homme et sa prostate "


Pour une information claire et sans tabou sur les maladies de la prostate