[creation site web] [logiciel creation site] [creation site internet] []
[Association L'homme et sa prostate]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]

Les anciens malades que nous sommes se sont fixé pour objectif d’apporter une information post-traitements concrète et complémentaire à celle des spécialistes urologues.

Nous ne voulons pas intervenir dans le choix des traitements.

A travers votre demande nous pouvons par contre rappeler les traitements proposés pour un adénocarcinome de bon pronostic, soit un PSA < 8/10 ng/ml et un score de Gleason < 7.

- LA PROSTATECTOMIE : traitement curatif de référence qui a l’avantage de présenter un résultat immédiat, le PSA devant être indécelable à 3 mois. Fuites urinaires plus ou moins importantes -20% des opérés- et impuissance pour la quasi-totalité des opérés quelle que soit la technique –il en est de même sur le plan du cancer-. Une récidive peut-être traitée par radiothérapie et hormonothérapie.

- La RADIOTHERAPIE EXTERNE : le risque de récidive est plus important. Une variante appelée TOMOTHERAPIE permet une irradiation plus précise et une modulation d’intensité qui semblent moins agressifs pour les tissus voisins. Le résultat n’apparaît qu’après un laps de temps de 6 à 12 mois. Les effets à terme ne sont pas négligeables.

- La CURIETHERAPIE est une irradiation de l’intérieur par implantation à vie de grains dans la prostate. Il faut avoir une petite prostate <50 grammes et n’avoir pas été opéré pour un adénome. Les résultats ne sont là aussi pas immédiats.  Les effets à terme semblent moindres que pour l’irradiation externe.

- L’ABLATHERM est un traitement par ultra-sons qui brûlent les tissus prostatiques. Il est réservé à des patients âgés.

Attention : en dehors de l’ablation de la prostate, aucun des autres traitements ne permet l’effondrement total du PSA puisque la prostate subsiste !



Monsieur Gérard F. le 20-05-2011


N’ayant pas internet je vous écris par mon fils.

Il m’a fait découvrir votre site de l’association et j’en suis bien satisfait. J’habite dans une région ou le seul urologue à l’hôpital est peu bavard et ne renseigne pas. Il m’a opéré il y a 6 ans et depuis je n’avais pas de réponses à mes questions. Mon fils s’était bien renseigné pour moi sur des sites mais n’avait pas trouvé de réponses concrètes sur les plans des fuites et de l’impuissance. Je comprends mieux maintenant ce qui m’arrive et j’ai commandé un stopuri.  Cela devrait couter moins cher que les serviettes dans le temps.

J’ai maintenant 76 ans et vivant seul je ne m’inquiète pas de l’impuissance qui est du passé.

Votre site permet de comprendre qu’on est pas seul à souffrir en silence de ces suites de l’opération. Quelle tristesse de savoir que chacun souffre dans son coin et que les urologues s’en foutent. Je vais adhérer pour l’aide que vous apportez.



Jean-Daniel le 18-05-2011


En lisant le billet de Jean-Louis ca me rappelle les 3 érections naturelles que j’ai eu moi aussi depuis mon opération de 19 mois. Il me faut d’habitude la piqure pour y arriver mais la l’érection est venu toute seule sans raison apparente. Comment ca fonctionne j’aimerais le savoir mais mon urologue n’a pas pu me dire. Il m’a donné du Cialis pour entretenir le circuit mais ca ne marche plus. Ce cancer est une saloperie qui nous fait tout petit. qu’en pensent les jeunes.

Daniel B. le 7-06-2011


Bonjour. Opéré sous robot il y a 6 mois et sans fuites, je me penche maintenant sur la récupération érectile sans avoir à me piquer.

J’ai longuement surfé sur internet pour savoir qu’elles étaient les méthodes autres et je suis tombé sur quantité d’annonces alléchantes présentant des développeurs de pénis promettant des effets spectaculaires. Et puis j’ai découvert le site de votre association et ses articles respirant le vécu. Comment peut-on laisser ces annonces mensongères circuler librement sur le net alors que tant d’hommes cherchent des renseignements concrets sur ce sujet. Pour ma part j’ai suivi vos conseils en commandant un vacuum Medintim AES manuel. J’ai la satisfaction de revoir mon sexe en érection même si c’est de façon assistée. Cela réconforte l’esprit et nous permet de nouveaux ébats dont ma femme dit que c’est une seconde lune de miel. La vie est belle.

PS : j’ai lu le livre Ma prostate, son cancer et moi de Jean Frichet. A mettre entre toutes les mains des hommes opérés. Un livre qui aide. Merci.


Le vacuum ou pompe à érection est un vieux procédé qui agit comme pompe à vide.

Leur succès fait que les sites marchands les ont requalifiés de « développeurs », terme impropre puisque le pénis se dégonfle dès le retrait du vacuum. Le fait de promettre un sexe durablement plus long est mensonger puisqu’en dehors de la chirurgie rien de peut permettre un allongement du pénis.

Rares sont les pompes du commerce qui proposent des anneaux péniens, indispensables compléments de la pompe pour conserver l’érection, encore faut-ils qu’ils soient de bonne qualité. C’est pour cela que nous préconisons le vacuum Medintim, le seul fourni avec les indispensables accessoires nécessaires à notre infirmité.

Jean FRICHET



Alexandre R. le 5-06-2011


Bonjour,

Opéré il y a 3 mois par cœlioscopie par un bon chirurgien en qui j’ai confiance, je suis maintenant confronté à son silence concernant la récupération érectile. C’est sa secrétaire qui m’a donné l’adresse de votre site que je trouve vraiment vivant et plein de conseils judicieux. Que me conseillez vous de faire et dans quel délai. J’ai bien lu vos conseils d’association de piqure et de pompe mais j’aimerai attendre d’avoir récupéré mon sphincter urinaire car j’ai encore des fuites malgré les séances de rééducation chez un kiné spécialisé.

Merci de me répondre rapidement.


Il est certain que les pertes urinaires représentent un frein vis-à-vis de la récupération érectile. Il faut pourtant démarrer cette rééducation le plus rapidement possible afin d’empêcher la survenue de fibrose des tissus qui ne sont plus suffisamment irrigués.

Il ne vous est d’ailleurs pas interdit d’aller consulter un autre urologue plus ‘’sensible’’ à ces préoccupations légitimes. Mais il est vrai que le service après-vente ne les intéresse pas.

Sur ce site vous avez pu lire nos conseils en la matière notamment en ce qui concerne le port d’un anneau pénien pendant les rapports sexuels afin de se mettre à l’abri de toute fuite intempestive. Vous serez de la sorte beaucoup plus serein et disponible vis-à-vis de votre partenaire. N’attendez pas pour démarrer cette phase indispensable de maintien du bon état de vos tissus péniens.

Je vous conseille également de lire l’article sur les bienfaits de l’ostéopathie après prostatectomie. Bon courage et n’hésitez pas à appeler si besoin.

Jean FRICHET



Joël KERBOIS le 5-06-2011


J’avis posté en mars dernier pour vous dire que je parlerais à mon urologue de votre façon de se piquer en associant vacuum et piqure.

Il m’a dit trouver ca intéressant mais sans plus de réactions. Il faut dire qu’il ne m’a jamais donné de conseils et qu’il n’est pas bavard. Si j’en crois les forums c’est une habitude constante chez eux. Dommage car je le répète votre façon de se piquer est géniale et marche à tous les coups. Tous mes copains en sont devenus adeptes comme moi.

Comme pour vous, j’ai la nette impression que la reprise des piqures à raison d’une par semaine m’aide à avoir des érections de nuit bonnes pour la vie du sexe. Ca encourage.

Merci encore.



Anonyme le 3-06-2011


Bonjour Messieurs,

Je porte depuis 4 mois un sphincter artificiel qui me donne toute satisfaction.

Néanmoins, il faut préciser aux hommes qui décideraient à leur tour de se faire poser cette prothèse qu’elle nécessite quelques précautions par rapport à certaines postures.

L’exemple le plus concret est celui-ci : assis sur un bras de fauteuil lors d’une soirée, je me suis levé sans prendre garde. Quelle horreur et quelle gêne quand ma vessie s’est vidée en m’inondant. Reposant sur mon périnée, il s’est passé que la manchette autour de l’urètre a été écrasée et que le liquide est reparti dans le réservoir. Lorsque je me suis levé, la manchette n’agissant plus, ma vessie s’est vidée par gravité.

Ce petit exemple pourrait servir à mettre en garde les hommes qui désirent se faire poser ce type d’appareillage.

Bien cordialement.



Adonf le 3-06-2011


Opéré du cancer de la prostate en juin 2009 j’ai du admettre et supporter mes fuites d’urine. Porteur d’un uriclip puis d’un stop-uri, que je préfère pour le confort de sa mousse intégrée, je me suis résigné à me faire poser une bandelette fin 2010 par un urologue réputé de Toulouse. Je pensais naïvement que cela me mettrait à l’abri de toutes pertes, mais soit je n’avais pas compris, ou entendu, soit je m’étais illusionné, cela est toujours loin d’être parfait.

Certes les pertes d’effort ont quasiment disparues mais pas celles liées à la fatigue du sphincter ! Dès 15 – 16 heures de l’après midi, je suis toujours soumis à ces gouttes  si démoralisantes. Je remets donc mon stop-uri qui ne quitte pas ma poche dès que je sens la fatigue du périnée venir.

J’écris ce mail pour prévenir nos amis qui s’illusionneraient sur la bandelette. Elle permet une nette amélioration mais ce n’est pas le moyen absolu non plus. A part le sphincter artificiel, qui je crois présente aussi des inconvénients, il n’y a pas de remèdes miracles soit peut-être l’implantation de cellules souches. L’avenir nous le dira.

Votre site fourmille de renseignements concrets et pratiques dont nous avons bien besoin vu l’ignorance dans laquelle nous sommes contenus. Merci à vous.



Paul CASTORA le 26-05-2011


Bonjour,

Ma femme et moi-même tenons à vous remercier pour votre conférence de Pessac.

Opéré depuis 8 semaines, avec la chance de ne plus avoir de pertes urinaires, nous avons vraiment appréciés vos explications même si ma femme m’a dit qu’elles faisaient peur. Je vous rejoins car je pense qu’il faut mieux être informé et prendre les devants pour s’en sortir. A priori la maladie est derrière et il ne reste plus qu’à se préoccuper du retour des érections. Les piqures ne me tentent vraiment pas mais je vais suivre votre conseil et les coupler avec la pompe à érection. « Oxygénation des cellules et élasticité des tissus » tel était votre propos lors de cette conférence.

Nous remercions chaleureusement votre femme qui a bien voulu nous accorder 10 minutes à la fin de la soirée et qui nous a si bien parlé de l’importance de la cohésion du couple dans ces moments difficiles.

Votre livre ma prostate, son cancer et moi m’a vivement intéressé car il va m’aider à gérer ces moments qui restent difficiles même si je suis d’un naturel serein et optimiste.

Je joins mon adhésion de 30 euros à l’association plus le coût du port pour le livre L’homme et sa prostate offert que je compte offrir à mon frère épargné pour l’instant par cette maladie qui avait terrassé notre père.

Recevez toute notre admiration et à nouveau nos remerciements pour votre dévouement et votre attention. Vous pouvez publier cette lettre.


J’ai fais lire votre courrier à ma femme qui vous remercie. Je reconnais le rôle important qu’elle a tenu lors de mes malheurs opératoires et sa présence forte et réconfortante lors de ma longue convalescence.

Son apport en tant que femme de malade est immense pour nous tous.



Jean FRICHET le 26-05-2011


Marche rapide et cancer de la prostate.

On parle depuis un moment des bienfaits de la marche rapide sur le cancer de la prostate, certains médias allant jusqu’à pronostiquer un blocage de la progression de la maladie.

Je ne prendrais pas partie mais je peux amener ceci.

Plutôt enclin au VTT et à la voile j’ai commencé à marcher récemment, octobre 2010, en m’inscrivant à un club de marche. J’ai découvert un loisir non seulement bénéfique pour ma santé mais me permettant une approche et une vision différentes de ces merveilleux abords du Golf du Morbihan.

Allergique au pollen année après année (au point de me faire soigner), je viens de vivre un printemps sans aucun dérangement. De plus, pas la moindre petite grippe ou rhume cet hiver.

Je porte cette évolution bénéfique au bénéfice de mes 15 à 20 kilomètres parcourus à vive allure à chaque sortie. Meilleure oxygénation, meilleure circulation sanguine donc meilleur drainage lymphatique … tout concoure à fortifier l’organisme en enrichissant nos cellules.

Il est trop tard pour en analyser les bienfaits sur ma prostate, mais il est reconnu que la marche rapide pourrait influer sur l’évolution des cellules cancéreuses de la prostate, pourrait réduire l’hypertrophie de la prostate et réduirait les taux de circulation de l’hormone de l’insuline, laquelle est une protéine du métabolisme secrétée par les cellules de gras.


Voici un article complet sur le pollen des fleurs :

http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=pollen_ps




ZEF-33 le 25-05-2011


Opéré de la prostate il y a 2 ans à 69 ans, je m’étais résigné à supporter mes fuites urinaires jusqu’à la fin de ma vie. Et puis j’ai découvert URICLIP sur le net, qui m’a apporté un grand soulagement. Dernièrement mon urologue m’a parlé de votre STOP-URI qu’il m’a conseillé pour sa mousse de protection intégrée à la pince contrairement à l’autre modèle. Je vous l’ai commandé et après 2 mois de port je peux dire qu’il est vraiment très bien. Réglage facile, mousse de très bonne qualité, un peu large peut être mais je suppose que cela favorise la circulation sanguine par les côtés. Le fait d’être vendu par 2 me rassure aussi en cas de pertes ou de casse de l’un. J’en suis très content et je l’ai conseillé à mon beau-frère opéré comme moi avec les mêmes conséquences.

Bravo pour votre travail et l’aide que cela nous apporte. Continuez à nous apporter des renseignements concrets. Nous en avons besoin face au mutisme de nos chers urologues.



P.C. le 22-05-2011


Mon premier test de pSA à 56 ans m’aura été fatal : 6.5 puis une biopsie a donné 6 alors que je n’avais jamais rien ressenti ni gêne ni douleur. J’ai choisi l’ablation de la prostate par voie ouverte car l’urologue rencontré pratiquant beaucoup m’a semblé fiable.

A 3 mois de cette opération mon pSA est à 0,01. Peu de fuites urinaires mais aucune érection en vue. A la lecture de vos articles je vais acheter un vacuum car les piqures me font peur pour les douleurs dont trop d’internautes parlent.

Combien de temps conseillez-vous entre opération et ostéopathie ?

Merci de me répondre.


Lisez ou relisez notre article sur le couplage piqure-vacuum. Cela devrait vous rasséréner. Nous vous rappelons que les effets de la piqure et du vacuum sont complémentaires.

Ostéopathie après prostatectomie : le délai à observer après une opération à ‘’ciel ouvert’’ est plus important que dans le cas d’une opération laparoscopique puisque la cicatrisation est plus longue. Cela dépend de votre état et nous vous conseillons de demander l’avis de votre chirurgien. Attention à bien choisir un ostéopathe formé aux techniques viscérales.

Didier DEGNAN



Anonyme le 20-05-2011


Bonjour,

On vient de me détecter un adénocarcinome à 48 ans et je suis perdu entre les différents traitements possibles. Pouvez-vous m’aider.

PSA 6.1, Gleason 6 (3/3), IRM nodule d’environ 9 mm partie postérieure sans dépassement de la capsule, scintigraphie 0,

J’ai vu 2 urologues qui me conseillent chacun la prostatectomie sous célioscopie. Après renseignements je crains les conséquences à mon âge que sont les fuites urinaires et surtout l’impuissance.

Je suis donc hésitant et je voudrais savoir ce que vous conseillez d’autre.

Recevez mes meilleures salutations.

Témoignages de malades et de leurs compagnes

Association  " L'homme et sa prostate "


Pour une information claire et sans tabou sur les maladies de la prostate