[creation site web] [logiciel creation site] [creation site internet] [Association]
[Association L'homme et sa prostate]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]
[Association]

Mr PETITHORY le 18 décembre 2011


Cher Monsieur Frichet,

Lorsqu'en octobre 2009, le PSA a fait un bond (5 ng/ml),d épassant le seuil, j'ai tout de suite compris ( je suis né en 1946, donc j'avais 63 ans).

Cheminement classique, généraliste, urologue, examens habituels, biopsie, 1 prélèvement sur 12 présente un signe de tumeur, score de Gleason 3+3. RV  et décision: j'opte pour la prostatectomie radicale.

Une radiothérapie m'apparaît trop contraignante avec les risques  inhérents, fragilisation des tissus et d'une récidive difficile à  traiter ensuite semble-t-il.

Je suis opéré le 17 mai 2010. Stade pT2c (marges saines) selon les  résultats d'analyse du labo au vu de la pièce opératoire.

Un ami, lui aussi atteint d'une tumeur à la prostate, à la même  époque, un peu plus âgé que moi, m'avait préconisé de me faire faire  comme lui une radiothérapie, car disait-il, il souhaitait continuer à  pouvoir avoir des relations avec son épouse, plus jeune que lui.Aujourd'hui, le résultat pour lui: il est impuissant, et en plus il y  a eu des problèmes urinaires sans doute suite au  traitement, bref il est au même point que moi, mais en plus dans une situation  toujours à risques !

J'ai bien entendu essayé de nombreuses fois les piqûres à l'Edex, dès le mois d'octobre 2010, d'abord des doses à 10 mg ensuite des doses à  20mg, au début tumescence et léger durcissement, mais difficile pour un rapport normal, la verge perdant rapidement sa dureté.

Les piqûres en tant que telles ne me faisaient pas peur, et je n'ai éprouvé aucune contre indication ni douleur spécifique, mais j'ai abandonné car le résultat n'était pas à la hauteur.

Inutile de dire que mon épouse qui espérait comme moi un résultat concluant a été déçue. Vous connaissez le proverbe: chat échaudé craint l'eau …

Le système avec la pompe m'intéresse donc vivement, mais je suis un 
peu inquiet car je ne voudrais pas connaître un nouvel échec. Je voudrais bien faire l'amour à ma femme et lui procurer du plaisir,  les témoignages sur votre site m'encouragent.

En tout cas, mille fois merci pour vos conseils et votre site, vraiment vous êtes d'un fort soutien.
Jean Marc PETITHORY

  

Raymond de St Brieuc le 19-02-2012


Je porte STOPURI depuis 3 mois et j’en suis globalement satisfait. J’ai par contre une irritation de la peau de la verge qui finit par être gênante. J’ai donc acheté des préservatifs que je porte sous la pince après en avoir coupé le bout et tout rentre dans l’ordre. Vous devriez le spécifier dans la notice.

C’est un excellent produit qui m’a permis de reprendre des activités délaissées par obligation. Comment rester soi-même avec ces fuites, ces serviettes ou ces poches. Impossible.

Continuez vos actions, elles ont nécessaires.


Le port du préservatif en cas d’irritation est spécifié dans la notice. Mais vous avez raison de le rappeler.



Max309 le 19-02-2012


Bonjour jean Frichet.

Voici plus de 6 mois que je suis vos conseils en récup érectile. Mon précédent mail vous faisait part de ma rencontre avec une nouvelle amie qui m’a aidé avec gentillesse et naturel au maniement de la pompe à érection. Vous aviez raison de me dire qu’il faut agir le plus naturellement possible avec les nouvelles donnes. Mon médecin n’a pas su me conseiller pour le couple piqure-pompe mais cela vient en fait tout seul.

Je vous remercie encore ainsi que mon amie Nadine qui m’a redonné un coup de jeunesse.


Voilà des propos qu’on aimerait entendre plus souvent … et surtout continuez sur la même voie !



Louis K. le 16-02-2012


Bonjour.

Je vous renouvelle mon adhésion en espérant que vous reviendrez cette année encore faire une conférence à Lorient. Votre exposé de l’année dernière était tellement complet qu’on ne peut tout mémoriser malgré la lecture de vos livres. J’ai toujours en mémoire vos conseils et je relativise parfaitement les désagréments inévitables de l’ablation.

J’ai depuis quelques relations avec des malades traités par rayons et je ne regrette en définitive aucunement mon choix quand je vois leurs problèmes de brûlures rectales.

J’aimerais m’engager plus avant pour à mon tour apporter une aide à ces malades qui ne savent à qui parler librement. J’espère que nous pourrons en parler lors de votre venue.

Bien sincèrement. Louis K.


Bonjour,

Merci pour le renouvellement de votre adhésion. Comme vous l’avez constaté les dons ont bien été utilisés pour apporter cette information qui manque tant.

Je ne sais pas si je reviendrais à Lorient cette année après les conférences de 2010 et 2011.

Il y a tellement de villes ou agir également.

Cela ne doit pas vous arrêter si vous désirez vous investir. Afin de rompre l’isolement de beaucoup d’entre nous, je commence à mettre en place des après midi de rencontre à la demande d’adhérents. Ces rencontres n’ont pas d’objectif thérapeutique. Elles doivent permettre d’échanger en toute confidentialité. Je vous propose donc de nous en entretenir par téléphone. A bientôt.

Jean FRICHET



Armantif le 15-02-2012


Bonjour. Je suis sur votre site découvert par hasard depuis 6 h du mat. Que de réponses à nos questions d’opérés de la prostate. Que de clarté en comparaison des vagues propos des 3 urologues consultés en 16 mois pour mes pb de fuites, de manque d’érection et de diverses bricoles.

Grâce à vos dessins et à vos textes je comprends maintenant pourquoi cela ne marche plus et j’aurais appris le mot neurapraxie –qui explique beaucoup de choses-. Ne peuvent ils le dire carément et honnêtement plutôt que de faire mine de ne pas comprendre les questions ? Est-ce normal de devoir s’épuiser sur le net pour avoir trop souvent une réponse incomplète ?

Bravo pour cette mine de renseignements concrets. Je vais vous envoyer ma modeste contribution écrite en espérant qu’elle contribuera aussi à faire des heureux.

Sincères salutations.




Mme A. F. le 5 février 2012


Bonjour Messieurs,

C’est en cherchant réponses aux traditionnelles interrogations suivant un traitement de la prostate que je me suis approchée de votre site.

Vos argumentations ont le mérite d’être précises et je pense que votre vacuum est l’instrument nécessaire à mon mari afin de lui permettre de sortir de l’état léthargique dans lequel l’a plongé la découverte de sa soudaine impuissance. Il refuse toute piqure dans la verge.

Ma principale interrogation concerne le moyen de l’amener à utiliser un tel matériel qui s’apparente plus à un jouet qu’à un moyen médical proprement dit.

Quels arguments me conseilleriez-vous.

Dans l’attente de votre réponse, recevez, Messieurs, l’assurance de mes plus cordiaux sentiments.


Un vacuum de qualité est à considérer comme étant un réel matériel de rééducation. Le sujet est suffisamment développé sur le site pour que j’y revienne ici.

Notre préconisation va à un matériel classé médical selon les normes CE.

Je ne pense pas qu’il y est une manière précise d’amener votre mari à l’utiliser, hormis le fait que ‘’l’inaction’’ ne peut qu’avoir des effets néfastes à terme. Fortement vascularisé, le pénis doit recevoir régulièrement un apport sanguin riche en oxygène pour permettre aux cellules de continuer à vivre. C’est d’ailleurs pour cela qu’il est fortement conseillé de pratiquer les injections en parallèle, car ce sont elles qui permettent l’apport en sang ‘’neuf’’, artériel.

Le vacuum est surtout préconisé pour favoriser le maintien de l’élasticité des tissus péniens et permettre de gonfler le gland, partie sensible du sexe masculin.

Nous vous conseillons donc de l’amener à consulter ce site en espérant que nos articles le convaincront de l’utilité d’engager une rééducation pénienne.



Marco le 4 février 2012


Bonjour,

Votre site mérite d’être connu car c’est le seul à ma connaissance à apporter autant de vécu et de précisions sur ces maux que sont les pertes d’urine et l’impuissance après prostatectomie. C’est mon médecin traitant qui m’en a donné l’adresse.

Cela fait 2 ans que je pratique l’injection chaque semaine, avec des réussites inégales et parfois des soirées à ne plus savoir ou me mettre. Je salue d’ailleurs mes compagnons d’infortune.

A la lecture de vos conseils je me suis dit que je ne risquais rien à suivre votre méthode de couplage piqure/vacuum. J’ai donc acheté un dépresseur à poire en sexshop afin de tester la véracité de vos dires. Vous avez raison la dépression n’est pas très forte et je compte acheter le vacuum Medintim AES que vous préconisez.

Le résultat par contre, après quelques tâtonnements, est probant. Pénis gonflé au préalable, il est certain qu’on est sur de se piquer en plein centre du corps caverneux. Meilleure répartition du produit, quasiment plus de douleur, érection limitée dans le temps, cela réconcilie avec la vie. Ma femme aussi est soulagée de ne plus me voir souffrir.

J’espère qu’avec le nouveau vacuum je pourrais moi aussi redonner un autre volume à un pénis qui a bien diminué avec l’opération.

Nous vous remercions pour votre engagement.

 


Paule V. le 2 février 2012


J’ai assisté avec grand intérêt à la conférence de Ploermel et j’ai lu à suivre votre livre L’homme et sa prostate qui a répondu à toutes mes interrogations concernant le cancer de la prostate.

J’agis pour mon mari qui refuse de voir la réalité en face alors que son père et l’un de ses frères ont déjà été atteints et opérés. Agé de 56 ans on lui a découvert un PSA de 7 avec un PSA libre de 0.18. Il ne veut pas entendre parler de biopsies (ni de rien) pour ne pas risquer une infection alors qu’il est bien dit dans votre livre que c’est l’étape suivante.

Je vais essayer de lui faire lire afin de l’amener à se raisonner et à se prendre en main afin d’éviter les complications.

Vous avez eu raison de dire que l’homme n’est pas préparé à gérer ce genre de maladie.

J’en profite pour saluer les femmes confrontées à ce genre de situation.

Tous mes encouragements pour vos conférences.



Marcel TEON le 31 janvier 2012


Bonjour Monsieur Frichet. Présent à votre conférence de Ploërmel ce samedi, j’ai beaucoup apprécié la complémentarité entre vous et le Docteur Cirot. Que de questions étaient restées sans réponses depuis 3 ans que j’ai été opéré. Vous avez répondu à toutes mes attentes et je vous en remercie. J’envoi ma contribution à votre association.

Avec mes sentiments les plus cordiaux.



José le 12 février 2012


Piqure et vacuum c’est super et ma compagne vous remercie aussi. C’est vrai que l’érection est un peu moins forte mais quel plaisir de ne plus avoir de douleur. Je reprends le vacuum après piqure car il est vrai que le gland flasque ne permet aucune sensation. Je me sers alors de l’anneau 4 de Medintim. C’est simple, il fallait encore y penser. Merci pour nous.

José.



Bebop le 10 janvier 2012


Bonne année à l’association et à ses membres.

Je vous dois ma renaissance depuis que je porte grâce à vos conseils la pince stop-uri.

Comme mon pseudo l’indique, je suis avec ma femme un accro de danse dont bien sur le rock. Remis de ma prostatectomie à 1 an, mes fuites urinaires m’avaient obligé à interrompre nos dimanches après midi dansant. Danser avec une couche humide est impossible, trop déstabilisant. J’ai cherché sur internet la solution à mon problème et c’est la que j’ai découvert votre site et vos conseils.

Le réveillon de nouvel an a marqué une nouvelle ère pour nous en dansant toute la nuit.

Merci encore pour votre grand travail.



Docteur X le 5 janvier 2012


Bonjour Mr Frichet,

 

Etant chirurgien gynécologue, j'ai découvert moi-même mon cancer lors d'un bilan sanguin de routine à 53 ans sans grand signe d'appel prostatique ( il y a juste un an ).

Le PSA était à 180 et tout le bilan d'extension strictement négatif. Toutes les biopsies prélevées étaient positives, hormonodépendantes et d'un score de 7.

La tumeur étant trop volumineuse, elle a été, à juste titre jugée inopérable et on m'a proposé un traitement hormonothérapique ( Firmagon ) de six mois afin de tenter de la réduire de volume et de permettre une intervention d'exérèse.

Le PSA est redevenu normal en trois mois et la tumeur a fondu. J'ai été opéré par coelio avec un curage de 19 ganglions, tous négatifs, le 26/7/2011. 

L'analyse anatomo-pathologique ne révèle qu'un petit envahissement superficiel d'une vésicule séminale avec absence d'effraction capsulaire. Les marges de résection sont en tissus sain et l'hormonothérapie a été interrompue au 15/9/2011.

Aucun autre traitement ne m'est proposé et j'ai fait doser le PSA cette semaine qui reste à 0. 

 

Je garde l'espoir d’une totale guérison à terme et suis convaincu d'avoir eu beaucoup de chance. Le professeur Y… ( UCL Bruxelles) en était lui même extrêmement surpris et il ne me l'a avoué qu'après les résultats connus...

 

J'ai donc bien récupéré physiquement ( très dur les injections mensuelles et très asthéniant ; les douleurs post-opératoires ont  disparu ) mais je suis heureux de vous avoir découvert et de suivre vos judicieux conseils afin de récupérer une fonction sexuelle que je savais sacrifiée à la cause de la guérison espérée.

Je n'ai pas encore débuté d'injections, je pense qu'elles me seront recommandées à la prochaine visite de contrôle.

Je ne pense pas pouvoir récupérer une continence parfaite en toutes circonstances et je vais commander une pince stop-uri.


Recevez Mr Frichet mes plus cordiales salutations.

Témoignages de malades et de leurs compagnes

Association  " L'homme et sa prostate "


Pour une information claire et sans tabou sur les maladies de la prostate