[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web] [Association L'homme et sa prostate]

On vous a diagnostiqué un cancer de la prostate !

Comment réagir ?

Voici quelques conseils d’anciens malades …




NE PAS PANIQUER !


Apprendre que l’on est porteur d’un cancer est une chose terrible. Le mot lui-même est synonyme de mort et la plupart d’entre nous sont paralysés par cette annonce.

Le choc est d’autant plus rude que l’annonce est encore trop souvent faite sans ménagement de la part du spécialiste.


Mais plus nous paniquons, moins nous voyons la réalité en face.

La réalité d’aujourd’hui, c’est que 50 % de l’ensemble des cancers se guérissent, et, pour celui de la prostate, ce sont 75 % d’hommes guéris pour avoir été diagnostiqués à temps.


Malgré cela, un homme ne peut rester pleinement serein en apprenant être atteint de ce mal.

Le stress né de la peur renforce l’action destructrice des cellules atteintes et si les traditionnelles questions « pourquoi moi ? », « qu’ai-je fait ? »,  « que vais-je devenir ? » sont légitimes, elles sapent le moral tout en restant sans réponses.



CE QU’IL FAUT SAVOIR !


Il faut savoir que les tumeurs cancéreuses au sein de la prostate, découvertes à temps, ne vont pas se développer rapidement.

Il est certain que les cellules (saines ou malades) seront plus actives chez un homme de 45 ans que chez un homme de 75 ans, lequel aura toute raison de mourir d’autre chose.


Il faut prendre le temps de se documenter sur la maladie, sur les examens complémentaires, sur les traitements possibles ainsi que sur leurs conséquences.


Aucun test de dépistage n’est fiable à 100 %.

Il faut la conjugaison d’un ensemble d’examens pour déterminer le niveau de la maladie : toucher rectal, PSA, biopsies, échographie, scanner, IRM, scintigraphie… telle est la panoplie des moyens mis à notre disposition.

Etant en possession du résultat de ces examens, qui doivent vous être communiqués, il est souhaitable de consulter plusieurs spécialistes avant de prendre une décision.

 


IL FAUT S’INFORMER SUR LA MALADIE !


Il faut s’informer et apprendre à connaître la maladie pour réagir positivement et pouvoir engager le dialogue nécessaire avec les équipes soignantes.


Ces connaissances permettront aussi d’instaurer un dialogue avec la famille ou les amis car il est salutaire de ne pas rester isolé, de ne pas ressasser ses doutes et interrogations.

Les hommes vivant seuls, ou ne pouvant espérer une aide familiale, auront tout intérêt à rejoindre un groupe de paroles au sein d’une association.


On peut aussi trouver un réconfort dans la pratique d’un loisir. Ainsi, à titre d’exemple, nombre d’entre nous avouent éprouver un soulagement en parlant à leur animal favori, à leurs fleurs ou à leur potager. L’important est d’extérioriser ses pensées négatives.



CE QU’IL NE FAUT PAS FAIRE !


Il ne faut pas agir dans la crainte et la précipitation, surtout si l’on est porteur de tumeurs de faible grade.

Ne vous laissez pas entraîner sur la table d’opération avant d’avoir eu confirmation du niveau d’infection de votre prostate. Il y a encore trop d’abus dans ce sens et il est conseillé de consulter un autre urologue en cas de doute.

Ce conseil est tout aussi pertinent si plusieurs choix de traitements sont offerts. Il est difficile en tant que non initiés de comprendre et de faire la part des solutions thérapeutiques proposées. Les grands centres urbains ont l’avantage d’offrir une pluralité d’établissements de soins au sein desquels existe une concertation entre spécialistes. Ils proposeront le traitement qui leur semble le plus adapté.



LES TRAITEMENTS ET LEURS CONSEQUENCES


Chaque traitement a ses avantages et inconvénients, mais il faut savoir et admettre qu’ils présentent tous des effets secondaires, notamment sur les fonctions urinaires et surtout érectiles.

Opération, rayons ou ultra-sons, il n’y a pas de traitements pour un cancer localisé de la prostate sans incidence sur ses organes périphériques.


Les 2 principaux problèmes sont :

- les pertes urinaires qui se résorbent d’elles-mêmes dans la majorité des cas. Néanmoins, on estime que 20 % des hommes garderont des fuites plus ou moins marquées.

- l’impuissance touche par contre 80 % des hommes tous traitements confondus. Cela est du, soit au sectionnement des ramifications des nerfs érecteurs vers la prostate, soit à la diffusion des rayonnements sur ces mêmes nerfs érecteurs qui sont collés à la prostate.


Il faut apprendre à gérer ces problèmes post-traitements et cela nécessite d’avoir connaissance des moyens disponibles, qu’ils soient médicamenteux, mécaniques ou chirurgicaux. Ce site présente toutes les solutions à connaître.


N’oubliez pas que l’objectif premier est la guérison et que c’est cela qui doit vous guider.


Le synopsis de la page d’accueil de ce site vous fournira des informations sur l’ensemble des traitements. D’autres sites spécialisés vous permettront d’en savoir plus.



QUEL SUIVI ?


L’information sur la réalité de ces problèmes post-traitements est trop souvent évitée ou même ignorée par les urologues.                                                                            


Très peu d’urologues et d’oncologues s’intéressent aux conséquences de leurs actes. Ils ne sont d’ailleurs pas formés en ce sens.

Malheureusement, il n’existe pas d’instances chargées de prendre les hommes en charge par rapport à ces conséquences qui ont des répercussions psychologiques. Quelques infirmières dans certains établissements de soins et quelques sexologues, le plus souvent des femmes, essaient d’apporter une aide qui reste très théorique.


C’est pourquoi, nous, anciens malades, avons créé l’Association « L’Homme et sa prostate » afin d’apporter à travers notre vécu conseils et aide par le biais de conférences itinérantes.


Il faut avoir vécu le cancer de la prostate, il faut avoir expérimenté les solutions post-traitements pour pouvoir en parler et informer concrètement.


Ces sujets sont largement traités sur ce site et vous pouvez nous interroger par téléphone ou par mail.



Courage ; le cancer est un fléau mais, en ce qui concerne ’’notre’’ cancer de la prostate, les taux de guérison sont  élevés.

Création: Jean Frichet - Réalisation: Jacques Stevens

Tous droits réservés 2011 © Association "L'homme et sa prostate "