[creation site web] [logiciel creation site] [creation site internet] [Association L'homme et sa prostate]

Adénome :

Tumeur bénigne correspondant au grossissement de cellules du noyau de la prostate.


Agoniste :

Analogue


ALD - Affection Longue durée :

Le cancer de la prostate, comme tous les cancers, est pris en charge à 100 %.


Anastomose :

Réunion de 2 conduits comme l’urètre à la vessie après l’ablation de la prostate.


Anatomo-pathologie :

Etude des tissus et des cellules au microscope après ablation. Seule cette étude permet d’affirmer le diagnostic de cancer de la prostate et de déterminer le réel score de Gleason.


Antalgiques :

Médicament permettant de lutter contre la douleur.


Anti-androgènes :

Médicaments qui agissent par blocage d’une hormone du cerveau, l’hormone LHRH, qui stimule le fonctionnement des testicules pour produire la testostérone.


Bandelettes :

Pédicules comprenant 1 artère et des nerfs, situés latéralement à la prostate et permettant d’obtenir une érection. Cf : nerfs érecteurs.


Brachythérapie :

Terme nord-américain pour désigner la curiethérapie.


Brachythérapie :

Terme nord-américain pour désigner la curiethérapie.


Cancer avancé :

Cancer dont les cellules tumorales sont sorties de la prostate pour aller se fixer sur les organes proches.


Cancer latent :

Cancer non déclaré, indétectable au microscope.


Cancer localisé :

Cancer confiné à une glande et détectable à un stade précoce.


Cancer métastatique :

Cancer très avancé dont les cellules tumorales se répandent dans le corps pour créer des foyers secondaires appelés métastases.


Cancérologie ou oncologie :

Discipline scientifique ou médicale qui étudie et traite le cancer.


Capsule :

Fine lame de tissu enveloppant un organe. Le franchissement de la capsule de la prostate par des cellules cancéreuses fait passer le cancer d’un stade localisé de la maladie à une extension dite extra-prostatique.


Castration chimique :

Consiste à agir sur la production de testostérone par blocage médicamenteux afin d’empêcher son action de production des cellules bonnes et mauvaises. Ce traitement n’est que temporaire. Il supprime toute libido et rend impuissant.


Castration chirurgicale :

Consiste à retirer l’intérieur des testicules qui sécrètent la testostérone pour supprimer les cellules prostatiques (bonnes ou mauvaises) qui en sont dépendantes. Opération irréversible traduisant une impuissance définitive.


Cathéter :

Fin tuyau souple destiné à être placé en permanence dans une veine afin de réaliser des injections ou perfusions.


Chimiothérapie :

Traitement par des substances chimiques absorbées par voie orale et/ou perfusion.


Cœlioscopie :

Technique chirurgicale permettant d’opérer de façon mini-invasive sous contrôle monitoral. Cf : opération par voie laparoscopique du cancer de la prostate.


Cryothérapie :

Traitement permettant de détruire des cellules cancéreuses par leur congélation brutale.


Curage ganglionnaire :

Curage des abords de la prostate en cas de suspicion de débordement capsulaire par les cellules malades.


Curiethérapie :

Modalité de radiothérapie qui consiste à introduire les sources radioactives directement dans la prostate.


Cystite radique :

Inflammation de la paroi vésicale due à la radiothérapie.


Dysurie :

Difficulté pour uriner avec baisse du débit urinaire.


Echappement hormonal :

Se dit lors de la baisse ou l’arrêt de l’efficacité du traitement hormonal. Ce phénomène est expliqué par la croissance de clones cellulaires hormono-résistants dont la croissance est donc indépendante des androgènes.


Echographie :

Méthode d’exploration utilisant la réflexion (écho) des ultrasons dans les organes.


Canal déférent :

Canal qui véhicule les spermatozoïdes des testicules jusqu'au vésicules séminales.


Cancer :

Ensemble de cellules qui échappent au contrôle de l’organisme en détruisant les tissus sains et qui se répandent dans l’organisme.


Carcinome :

Cancer développé à partir de certains tissus.


Continence :

Capacité à retenir ses urines entre deux mictions.


Corps caverneux :

Organes de l'érection contenus dans le pénis destinés à se remplir de sang pour augmenter de volume. Le pénis possède 2 corps caverneux.


Corps spongieux :

Corps contenu dans le pénis et se terminant par le gland, englobant l’urètre, et partie complémentaire des corps caverneux.


Curable :

Se dit d'une maladie dont la guérison définitive peut être obtenue quel que soit le traitement.


Curage ganglionnaire :

S’effectue avant l’opération de la prostate afin de mesurer un possible envahissement extra-prostatique immédiat.


Échographie – sonde échographique :

Technique d'examen montrant des images de certains organes à l'aide d'ultrasons. La sonde est utilisée pour explorer l'organe.


Électrocoagulation :

Coagulation à l'aide d'une électrode d'un fragment de tissu. Lorsqu'elle intéresse une artère ou une veine elle permet alors d'arrêter le saignement.


Érection :

Mécanisme qui permet à la verge de se remplir de sang et de devenir rigide suite à une excitation sexuelle. À l'état de repos, ou flaccidité, la verge est comme une éponge vide.


Érection spontanée ou réflexe :

Érection survenant spontanément en dehors de toute stimulation sexuelle.


Ganglions lymphatiques :

Organe de quelques millimètres à plusieurs centimètres réalisant une sorte de barrage à la dissémination des cellules cancéreuses.


Glandes Prostatiques :

Structures cellulaires microscopiques : une glande est formée d'un regroupement de plusieurs cellules. Ces glandes secrètent un liquide qui participera à la composition du sperme. C'est au niveau de ces glandes que se développe le cancer de la prostate. Ne pas confondre avec la glande prostatique.


Glande Prostatique :

Synonyme de prostate, c'est-à-dire l'organe. Ne pas confondre avec les glandes prostatiques.


Hématurie :

Présence de sang dans les urines.


Hémospermie :

Présence de sang dans le sperme.


Hormonothérapie :

Traitement par les hormones de certains cancers hormono-dépendants.


Hypnotiques :

Produits pharmacologiques utilisés en anesthésie pour induire le sommeil.


Immunothérapie :

Traitement consistant à provoquer ou à augmenter l’immunité de l’organisme par l’injection d’anticorps ou d’antigènes. Elle peut se pratiquer par apport de cellules modifiées du patient.


Impériosités mictionnelles :

Besoins pressants d'uriner.


Invasif :

Se dit d’une tumeur qui s’étend et envahit les tissus voisins.


LHRH :

Hormone secrétée par une région du cerveau s’appelant l’hypothalamus. L’hypophyse sécrète ensuite une hormone appelée LH qui permettra la synthèse (fabrication) de testostérone par le testicule.


Lymphe :

Liquide riche en protéines et en lymphocytes, circulant dans les vaisseaux lymphatiques.


Intubation :

Pose d'une sonde dans la trachée au début de l'anesthésie pour assurer la ventilation des poumons pendant l'opération.


Induration :

Perte de souplesse d'un organe constatée lors de sa palpation. Il devient plus ou moins dur.


IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) :

Examen permettant d'avoir des images précises de plusieurs régions du corps, en utilisant les ondes magnétiques. Pour l'étude de la prostate on utilise une sonde qui est introduite dans le rectum.


Marge chirurgicale :

Limite d’ablation d’une tumeur ou d’un organe. Une marge chirurgicale est positive quand il existe des cellules tumorales sur cette limite de section.


Marqueurs tumoraux :

Se dit d’une substance sécrétée par les cellules tumorales. Son dosage dans le sang permet de suivre l’évolution de certaines tumeurs.


Néoplasie :

Cancer.


Métastase :

Foyer cancéreux secondaire dû à la propagation à distance d’un foyer primitif. Les métastases les plus fréquentes du cancer de la prostate sont les métastases osseuses.


Miction :

Action d'uriner. Une miction est normalement volontaire, indolore et complète (la vessie doit être vide après chaque miction).


Morphiniques :

Produits pharmaceutiques utilisés pour supprimer la douleur.


Nerfs érecteurs :

Nerfs véhiculant la commande de l'érection des centres nerveux vers les corps caverneux.


Nodule :

Modification très limitée de la consistance d'un organe, constatée au cours d'un examen. L'aspect est souvent celui d'une petite bosse plus ou moins dure.


Non curable :

Se dit d'une maladie dont la guérison définitive ne peut être obtenue quel que soit le traitement.


Opération par voie rétro-pubienne « ou voie ouverte » :

Se dit d’une prostatectomie se pratiquant par le ventre.


Opération par voie périnéale :

Se dit d’une prostatectomie se pratiquant par une incision faite entre bourses et anus.


Opération par voie laparoscopique :

Se dit d’une prostatectomie qui se pratique par le ventre à travers de petites incisions par lesquelles sont introduits caméra et mini instruments chirurgicaux. Cf : célioscopie.


Pénis :

Partie extérieure et représentative de l’organe mâle.


Photothérapie :

Consiste à administrer une molécule photo-sensibilisante au sein de la glande à traiter et à illuminer à une certaine longueur d’onde le site à traiter.


Pièce Opératoire :

C'est le nom d’une glande retirée (comme la prostate) qui sera examinée au microscope.


Pollakiurie :

Augmentation de la fréquence des mictions.


Protocole :

Recueil d’indications rappelant les examens ou les règles du traitement pour un cancer d’un type donné. Il évolue avec les progrès scientifiques.


Radiographie :

Technique d’imagerie utilisant les propriétés des rayons X.


Rectite radique :

Inflammation de la paroi du rectum due à la radiothérapie.


Pronostic :

Ensemble de paramètres permettant de préciser quelle sera l'évolution d'une maladie.


Prostatite aiguë :

Infection aiguë de la prostate.


Radiothérapie :

Traitement du cancer à l'aide d'un appareil émettant des rayons X. Les radiations agissent en détruisant les mécanismes qui permettent à une cellule de se développer.


Récidive biologique :

Nouvelle élévation du PSA après traitement. Elle témoigne d'une reprise du cancer


P.S.A. :

Antigène Prostatique Spécifique (PSA pour Prostate Specific Antigen) est une protéine fabriquée exclusivement par la prostate, dont la quantité est régulée par les androgènes. Le dosage de son taux sanguin est utilisé pour le diagnostic ou le suivi de l’adénome ou du cancer de la prostate.


PSA libre :

Partie de PSA qui traduit la maladie.


PSA total :

Total du PSA produit par la prostate.


PSA ratio :

Le ratio PSA libre sur PSA total permet de diagnostiquer un adénome ou un cancer.


Rectorragie :

Présence de sang dans les selles.


Rémission :

Disparition apparente de tout signe évolutif de la maladie. Après un laps de temps défini, on parle de guérison.


Rétention aiguë d’urine :

Impossibilité totale de pouvoir uriner.


Scanner :

Examen permettant d'avoir des images précises en coupe des différentes parties du corps en utilisant les rayons X.


Scintigraphie osseuse :

Examen permettant de montrer des images du squelette osseux. Cette technique utilise des produits faiblement radioactifs qui, une fois injectés, se fixent sur les os.


Score de Gleason :

Étude microscopique des cellules cancéreuses permettant de préciser l'agressivité du cancer. Ce score varie de 1 à 10. Un score élevé traduit un cancer avec la capacité à se développer rapidement en dehors de la prostate.


Sperme :

Liquide blanchâtre émis lors de l'éjaculation. Le sperme est constitué du liquide séminal, des sécrétions prostatiques et des spermatozoïdes.


Sphinctérien :

Qui appartient au sphincter.


Sphincter urétral :

Muscle dont la contraction empêche l'écoulement de l'urine. Il est situé à la base de la prostate. Il est à commande volontaire.


Sphincter vésical :

Muscle dont la contraction empêche l'écoulement de l'urine. Il est situé à la base de la vessie. Il est à commande réflexe.


Stade clinique de la maladie :

Le stade clinique est celui qui précède l'opération, il est évoqué en fonction de nombreux critères : aspect du toucher rectal, taux de PSA, nombre de biopsies positives, grade de Gleason, IRM, etc. Le stade clinique est toujours supposé mais jamais certain.


Stade pathologique de la maladie :

Le stade pathologique est celui d’après l'opération. Il est obtenu après l'examen au microscope de la pièce opératoire par l'anatomopathologiste. Il est important car il donne l'étendu réelle du cancer dans la prostate.


Système lymphatique :

Le système lymphatique est composé de vaisseaux et de ganglions qui jouent un rôle de filtre et de barrière immunitaire permettant à l'organisme de combattre les infections.


Stade TNM :

Classification de l’extension d’une tumeur, et ce, quelle que soit la tumeur. Le T côte la taille de la tumeur, le N le statut ganglionnaire et le M la présence ou non de métastases.


Sténose :

Rétrécissement d’un conduit. Sténose de l’anastomose = bourrelet cicatriciel rétrécissant l’urètre.


Toucher rectal :Exploration de la partie inférieure de la prostate par introduction d’un doigt dans le rectum.


Traitement adjuvant ou de rattrapage :



Trocart :

Tube de diamètre variable introduit à travers la paroi de l'abdomen et permettant le passage des instruments de chirurgie ou de la caméra en cœlioscopie.


Tumescence :

Augmentation dimensionnelle de la verge. Etape précédant la rigidité.


Tumeur :

Prolifération anormale, non inflammatoire, de cellules groupées ou disséminées. Prolifération cellulaire.


Tumeur bénigne :

Groupement de cellules non cancéreuses.


Tumeur maligne :

Groupement de cellules cancéreuses.


Ultra-sons :

Consiste à détruire les tumeurs de la glande par la chaleur.


Urètre :

Canal reliant la vessie à l'extrémité de la verge. Il permet l'évacuation des urines et le passage du sperme lors de l'éjaculation.


Verge :

Synonyme de pénis.


Vésical :

Qui se rapporte à la vessie.


Vésicule séminale :

Glande sexuelle reliée à la prostate dans laquelle s'accumule le liquide séminal.

LEXIQUE DU CANCER DE LA PROSTATE

Création: Jean Frichet - Réalisation: Jacques Stevens

Tous droits réservés 2011 © Association "L'homme et sa prostate "